CATON
Contact | English
Accueil / Nouvelles et événements / Février 2017 – Transfer Banter 2016-2017 Caractéristique 2

Badinage sur le transfert 2016-17, article 2

Parcours de remediation

Télécharger le document PDF

Le Conseil pour l’articulation et le transfert – Ontario (CATON) met notamment l’accent sur les progrès des innovations institutionnelles qui appuient la collaboration et la mobilité étudiante. Un type intéressant de développement de parcours de transfert qui a émergé récemment de ce domaine de concentration a été les parcours de remédiation.

Bien que différents établissements puissent avoir différentes versions de ce concept, portant différents noms, il s’agit de parcours de transfert où les étudiants qui éprouvent des difficultés scolaires et à qui on demande d’abandonner un programme universitaire donné peuvent effectuer des études par l’entremise d’un collège partenaire. Une fois le programme réussi, les étudiants peuvent retourner à l’université pour obtenir leur diplôme.

Ces parcours de transfert « boomerang » ouvrent la voie à de nouvelles perspectives pour la mobilité étudiante, du point de vue de l’accès.

L’entrée à l’université peut être une expérience aussi stimulante que difficile pour de nombreux étudiants. Ainsi, il n’est pas rare qu’un étudiant soit tenu d’abandonner ses études en raison de son rendement scolaire. L’échec est souvent attribuable à des obstacles scolaires (p. ex., besoins d’apprentissage différents, manque de compétences à étudier, mauvaise gestion du temps, etc.), sociaux ou personnels (p. ex., longs déplacements, besoin de travailler, engagements familiaux, anxiété, stress, etc.), les groupes marginalisés étaient touchés de façon disproportionnée par ces facteurs.

De nombreux établissements ont mis en place des politiques qui empêchent le retour d’un étudiant avant la fin d’une certaine période de suspension, mais peu d’entre eux ont des mécanismes de remédiationpermettant de corriger les problèmes avant le retour aux études. Si l’on ne règle pas ces problèmes extérieurs, ils peuvent réduire considérablement les chances qu’un étudiant obtient un titre.

Avec ces réalités à l’esprit, en 2015, trois équipes de projet provenant de six collèges et universités publics membres du CATON en Ontario, à savoir Trent et Fleming, UOIT et Durham, et Seneca et York, se sont lancés sur la création de parcours de transfert qui redirigent les étudiants suspendus grâce à des programmes qui trouvent un équilibre entre la nécessité de soutenir les progrès scolaires et la conservation des crédits obtenus.

Haily Wright

Les efforts du projet 2015-34 de Trent et Fleming ont mis l’accent sur des équivalences 1:1 entre le collège et l’université. Ainsi, la nécessité d’un programme de transition estival ou d’études hors semestre serait éliminée. La collaboration entre le corps professoral et l’administration à tous les stades a été la clé de cette réussite.

Les plans de cours de Trent ont été partagés avec Fleming, et des réunions mixtes des corps professoraux ont été tenues pour discuter de la pédagogie des cours. Au-delà de ce processus qui habilite « d’excellents modèles de réussite des étudiants », Hailey Wright, coordonnatrice de l’articulation et des parcours de transfert de Trent et coordinatrice coresponsable du projet, a considéré qu’il s’agissait également d’une « occasion fantastique de renforcer notre relation institutionnelle ».

Le parcours de remédiation conservait également trois points d’entrée distincts : les processus conventionnels de recrutement et d’admission de Fleming, la redirection après la demande de Trent, et le processus de redirection après suspension de Trent. Selon Mme Wright, « la diversité en matière de niveau d’apprentissage des étudiants... est importante, particulièrement pour les programmes de base... [et pour] assurer la viabilité du programme ».

À une époque où les études postsecondaires sont de plus en plus essentielles aux occasions et à la réussite de tous les Ontariens, les programmes réceptifs et flexibles sont plus importants que jamais. Le soutien des étudiants lorsque leurs objectifs ou leurs besoins changent nécessite de faciliter et de développer des parcours de transfert pour accroître la mobilité. « La définition d’un étudiant traditionnel, comme nous l’envisageons depuis plusieurs décennies, a réellement changé, et je pense que les structures des universités et des collèges commencent à rattraper cette vision et à la soutenir. C’est un moment stimulant pour les étudiants, et le travail réalisé par l’entremise du CATON et de ONTransfer.ca, pour aider les établissements à faire le travail que nous faisons, est réellement important », affirme Mme Wright.

En fin de compte, les parcours peu conventionnels dans les études postsecondaires, comme ceux fournis par des parcours de conservation, habilitent les étudiants à obtenir l’éducation scolaire qui leur convient le mieux.



Projets et établissements participants :

Personnes interviewées :

Restez au courant par courriel des nouvelles et annonces. Nouvelles du CATON Abonnez »